• Et voilà mes Loulouberloups !
    Ils sont tombés de ma machine à coudre, un jour de vacances.
    L’inspiration vient sans doute de promenades sur le Net, dans des directions variées et tortueuses. J’ai digéré mille images, laissé décanté tout ça et puis, comme Léo avait un faible pour ses jouets-loups, j’ai créé mes Loulouberloups en matériaux de récup.

    Ils sont sympas, ils s'aiment bien, copains comme larrons en foire !

    Et puis, les Loulouberloups ont adopté les couleurs préférées de mes petits-fils qui les ont adoptés comme de vieilles connaissances.

    Le principe, c’est un petit coussin carré, découpé dans des jeans hors d’usage mais si souples et doux que c’est merveille pour les petites mains.

    J’ai récupéré des morceaux avec des poches, parce que c’est plus joli et que ça réserve des cachettes à secrets. Et dans la poche, bien cousu tout au fond, un ruban avec un petit mousqueton. Pour accrocher quoi ? Je ne sais pas, pour retenir un doudou, un mouchoir, pour s’arrimer à un anneau, à une boutonnière, pour jouer, pour rien du tout, …

      

    La tête est un autre « petit coussin », pas bien compliqué. Je l’ai cousu, endroit contre endroit, tout autour, en fermant complètement la forme. Pour retourner, j’ai fait une incision au dos de la tête, et puis, après avoir rempli la tête d’ouate de bourrage, j’ai refermé à petits points, la cicatrice est invisible puisque j’ai ensuite cousu la tête sur le corps en masquant cet endroit. Astuce !

    Il est gentil, dit Roman, ses dents sont toutes molles…

    Mais il est quand même tracassé parce que ses yeux sont différents, je crois qu'il aurait aimé plus de symétrie.

                                         Marianne-qui-coud


    votre commentaire
  • Ah la couture ! Quel plaisir ! J'aime surtout gambader de l'aiguille hors des tracés balisés.
    Ici, je me suis inspirée largement des conseils de Parfum du Ciel www.parfumduciel.over-blog.com. Il ne tient qu'à vous de vous promener dans ses pages, de picorer des idées et de vous procurer ses livres.

    J'ai commencé par un sarouel uni, tout noir, mais assorti de tabliers plus créatifs, je vous montrerai ça un de ces jours.
    Et puis, je m'en suis fait un, en lin beige et décoré d'applications.
    Sacha a pâli d'envie, le lendemain, je lui ai fait celui-ci...
    ... et le surlendemain, un autre pour Manu !!!

    Donc, du lin beige et couleur ficelle... deux tons parce que j'ai utilisé des chutes.
    Et pour les motifs, vous allez devoir vous y faire (surtout si vous espérez que je partage mes patrons !!!), c'est au petit bonheur la chance.
    Je dessine les oiseaux à même le tissu, c'est la forme de mes chutes qui détermine celle des motifs végétaux, quand je n'ai pas de tissu à pois dans mon phénoménal coffre au trésor, j'imprime des pois avec la gomme de mon porte-mine trempée dans de la peinture acrylique (je n'utilise pas de peinture pour tissu, c'est plus cher, il faut fixer au fer et ça résiste moins bien aux lessives répétées que l'acrylique). Bref, impro totale et funambulisme couturier... C'est ça qui est gai !

    Les traits noirs ont été tracés au marqueur pour textiles, je craignais devoir repasser dessus après quelques lessives, mais ça tient le coup !

    Une broche et une ceinture pour terminer la tenue, et le tour est joué.
    Ah, j'allais oublier ma petite astuce : l'oiseau, sur la ceinture, est une poche destinée à l'indispensable gsm... ;-)

    Le tout a été commencé un jour et porté le lendemain...
    Je partage mon "tuyau" en or, ma mercerie à nulle autre pareille, un choix fou-fou-fou et des prix à tomber : http://textilia.be/
                                                    Marianne-qui-coud


    10 commentaires
  • Sacha aime les sacs, le rose, les fleurs, ...
    Coudre un sac, c'est très gai.
    Avec celui-ci, je me suis éclatée...

    Des poches partout... Je crois d'ailleurs que j'ai un peu exagéré avec les poches, il y en a tant, dehors et surtout dedans qu'on ne retrouve rien... Faut fouiller poche par poche !!!
    Les breloques ont été achetées chez Hema et ont dormi longtemps dans mon tiroir avant de trouver de l'emploi ici.

    Les poignées, c'est le gros investissement de cet ouvrage MAIS elle ne sont fixées au sac que par des mouquetons, dès lors, elles suffisent pour ce sac et la douzaine d'autres du même type que je ferai dès que j'aurai un peu de temps.

    La matriochka est appliquée à la machine, le visage est peint à l'acrylique, pour faire joli, j'ai ajouté de la peinture relief irisée, des boutons de couleurs (j'adoooore les boutons).

    Mes fournitures, tissus et poignées de sac, viennent d'une caverne d'Ali Baba, mon adresse favorite, je vous file le tuyau :
    http://textilia.be/magasin.html
    C'est très facile à touver, les prix sont imbattables et le personnel se coupe en quatre pour vous faire plaisir.

                                                     Marianne-qui-coud


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique