• Et voilà mes Loulouberloups !
    Ils sont tombés de ma machine à coudre, un jour de vacances.
    L’inspiration vient sans doute de promenades sur le Net, dans des directions variées et tortueuses. J’ai digéré mille images, laissé décanté tout ça et puis, comme Léo avait un faible pour ses jouets-loups, j’ai créé mes Loulouberloups en matériaux de récup.

    Ils sont sympas, ils s'aiment bien, copains comme larrons en foire !

    Et puis, les Loulouberloups ont adopté les couleurs préférées de mes petits-fils qui les ont adoptés comme de vieilles connaissances.

    Le principe, c’est un petit coussin carré, découpé dans des jeans hors d’usage mais si souples et doux que c’est merveille pour les petites mains.

    J’ai récupéré des morceaux avec des poches, parce que c’est plus joli et que ça réserve des cachettes à secrets. Et dans la poche, bien cousu tout au fond, un ruban avec un petit mousqueton. Pour accrocher quoi ? Je ne sais pas, pour retenir un doudou, un mouchoir, pour s’arrimer à un anneau, à une boutonnière, pour jouer, pour rien du tout, …

      

    La tête est un autre « petit coussin », pas bien compliqué. Je l’ai cousu, endroit contre endroit, tout autour, en fermant complètement la forme. Pour retourner, j’ai fait une incision au dos de la tête, et puis, après avoir rempli la tête d’ouate de bourrage, j’ai refermé à petits points, la cicatrice est invisible puisque j’ai ensuite cousu la tête sur le corps en masquant cet endroit. Astuce !

    Il est gentil, dit Roman, ses dents sont toutes molles…

    Mais il est quand même tracassé parce que ses yeux sont différents, je crois qu'il aurait aimé plus de symétrie.

                                         Marianne-qui-coud


    votre commentaire
  • Le beau dragon volant d'Arthur. Depuis, il est encadré et accroché dans le salon... parce qu'il le vaut bien !
    Moi, j'y vois une étrange parenté involontaire avec cette peinture de Francisco de Goya...
    Mais mes filles poussent des cris d'horreur devant cette comparaison !!!  

      Peintures

      

      

    Une autre peinture d'Arthur.
    Depuis toujours, le plaisir des enfants en visite est d'aller offrir quelques carottes à la jument baie et aux deux ânes qui occupent une prairie au bout de la rue... C'est certainement une source d'inspiration. Voici donc 'les copains du bout de la rue".  Je trouve cette peinture très dynamique et j'ai une tendresse particulière pour le vol de merles...  

    Cette oeuvre orne le bureau de Sacha qui est la marraine d'Arthur... un beau cadeau !

      

      

     

    Peintures

     


    votre commentaire
  • Pâques 2010, les couz' font la cuisine. Au menu, un grand classique, des "roses des sables" version nids de Pâques. En résumé, des corn flakes jetés dans du chocolat fondu additionné de beurre et de sucre, le tout tassé dans des moules à muffins et décoré de petits oeufs en sucre...

     C'est bien joli... ils auraient bien refait des nids en toutes saisons...


    2 commentaires
  • Bienvenue chez Marianne et cetera,

    chez Marianne-qui-dessine,

    chez Marianne-qui-bricole,

    chez Marianne-qui-cuisine,

    chez Marianne-qui-coud,...

     

     

    Pour mes quinze ans, j’ai reçu une boite de peinture qui me faisait de l’œil depuis longtemps… Il faut dire que c’était un beau coffret de bois blond qui avait l’air très professionnel. Il contenait une palette et des tubes de gouache… la peinture à l’huile, parait-il, c’est plus difficile…
    A quinze ans, comme maintenant, je rêvais de pinceaux et de couleurs, de crayons extraordinaires… Et ma seizième année allait être décisive à bien des égards, bien peu de choses importantes me sont advenues sans découler directement de cette seizième année… à vrai dire, au cours de cette année, tout s’est joué…
    Et je l’ai donc commencée avec cette boite vernie qui m’intimidait et qui contenait en pagaille, envies, projets et promesses.


    A dix-huit ans, je suis entrée en arts plastiques. Les tubes de gouaches avaient vécu. Je les ai remplacés par mes tubes de peinture à l’huile. De la peinture à l’huile, je n’ai aimé que les noms sur les tubes. L’acrylique restait confidentielle, c’est dommage…

      

    A vingt ans, j’entrais dans l’enseignement et j’étais résolue à ne pas aborder la peinture à l’huile. J’ai rangé la boite au fond d’une armoire.
    Pour ranger les outils de « Madame de dessin », j’ai adopté une trousse… en quelques années trop remplie.
    Je suis passée à la taille supérieure et j’ai ajouté quelques feutres noirs… quelques années encore et cette trousse s’est encore avérée trop étroite.
    J’en ai trouvé une que j’ai espérée définitivement trop grande. J’avais tort : les Rotring étaient entrés dans ma vie et dans ma trousse, ils faisaient exploser les deux.

      

    J’étais dans la trentaine. Je me suis souvenue de ma boite de peintures.
    Je l’ai sortie de l’armoire. J’ai viré les tubes, le flacon d’huile de térébenthine, … ils existent toujours, inchangés, dans une autre boite…
    Le coffret de bois gardait quelques traces de ses vies antérieures, quelques taches, un peu de patine, la mention AP pour arts plastiques à côté de mon nom dans le couvercle… ce n’était plus exactement la boite de mes quinze ans, mais les envies, les projets et les promesses étaient toujours dedans. Elle était comme moi, exactement…
    Je l’ai adoptée comme plumier. Mes Rotring y tenaient à l’aise. Au début, elle étonnait. Il faut dire qu’elle prenait une place considérable sur ma table de travail. Elle est devenue un peu mon ambassadrice, elle me servait d’insigne, d’enseigne…
    Au fil du temps, elle a abrité, outre les crayons – dont un sauvage - et les stylos, deux compas, des porteplumes à l’ancienne, une boite de plumes, des gommes variées, un vaporisateur à bouche, un compte-fil, des outils mystérieux, quelques photos et cent brimborions qui fascinaient mes élèves. L’une d’elles avait d’ailleurs ajouté son nom, au marqueur indélébile, sur le bord intérieur de la boite… le nom a fini par s’effacer, mais pas de ma mémoire… Dolorès…
    Les coins ont souffert. Les charnières ont cédé et ont été mille fois rafistolées, les fermoirs de malle des Indes se sont cassés. Qu’importe, un élastique est venu la fermer…
    Ma fille Manu a décidé de m’emboiter (mot choisi à… dessein) le pas et a formulé le vœu d’avoir, elle aussi, une boite de pro… Mais une génération avait passé et j’ai eu bien des difficultés à lui trouver un coffret semblable et susceptible de durer… Sa boite, teintée acajou, vernie, embijoutée de toute une quincaillerie rutilante l’a un peu déçue… elle était trop neuve, trop brillante, trop parfaite, elle ressemblait à un yacht bien briqué… elle n’avait pas l’air vraie…
    Mais comme ce n’est pas d’hier, la boite de Manu s’est humanisée, elle aussi. Elle a enfin l’air vrai…

      

    Quelques années encore et, devant ma boite qui faisait de la résistance, j’ai juré qu’elle tiendrait jusqu’à la fin de ma carrière.

      

    Aujourd’hui, 1er mai 2012, l’engagement mutuel a été respecté.
    Mon plumier a tenu le coup. Moi aussi.
    Et nous sommes tous les deux pareils, exactement. Nous avons vécu. Nous portons les traces de mille aventures qui nous ont laissé des coups et des griffes, les caresses du temps nous ont patinés.
    Mais parce que je suis restée, à bien des égards, ce que j’étais à quinze ans, il reste dans ma boite, en pagaille, des envies, des projets et des promesses. Je renouvelle notre bail.

      

    Encore un effort, joli coffret verni de mon adolescence… nous avons des années de collaboration et de complicité devant nous. Je n’envisage plus de te ranger au fond d’une armoire. Ne t’avise pas de me lâcher en route !
    Entre toi et moi, c’est à la vie, à la mort…

     

        Bienvenue Bienvenue

    Bienvenue

     


    17 commentaires
  • À la demande de mes écoles, j'ai contribué à l'élaboration de leur site Internet.

    Je me suis bien amusée, j'avais carte blanche et en ai profité pour y mettre plein de couleurs !

      

    Manu

      

      

    • L'école d'Enseignement spécialisé de Nalinnes, organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles :

    http://nalinnes.studio64.be/specialise.html

     

    • L'école d'Enseignement spécialisé de Châtelet-Farciennes, organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles :

    http://www.ecoles.cfwb.be/eespscfchatelet/prim_liens.html

     

    • L'école d'Enseignement spécialisé de Gembloux, organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles :

    http://gembloux.studio64.be/specialise.html


    votre commentaire