• Sacha – Cette année-là, ma classe a vécu sous le signe des pirates. C’est le thème qui a été choisi pour ce jeu mais, dans le fonctionnement du jeu, pas le moindre pirate. Il s’agit d’un jeu de questions-réponses, un « quizz », modulable à l’infini selon les matières vues en classe. Il suffit d’adapter les cartes-questions.

    Marianne – J’ai donné mon coup de pouce, j’ai réalisé le tapis de jeu et les différents accessoires selon les directives de Sacha.

    Jeu des pirates

    Marianne – Un jeu destiné à durer doit être pensé costaud, résistant, pratique et lavable. Après avoir, au fil du temps, essayé différentes matières et techniques, après avoir cru cent fois avoir trouvé LA solution, j’ai abouti à la conclusion que l’idéal, c’est le tissu.

    Sacha – Parce que tu sais coudre…

    Marianne – Oui mais pas forcément. On aurait pu, tout simplement, peindre sur un tissu taillé à vif, sans couture. Le tissu s’impose parce que c’est agréable à l’œil et au toucher, solide, silencieux en cas de chute (très précieux en classe), lavable, raccommodable éventuellement, peu volumineux (se roule, plie, range dans un petit sac assorti, se repasse si besoin) et peu couteux (ou pas du tout si on joue la carte du 100% récup’). Qui propose mieux ?

    Jeu des pirates

    Marianne – Ici, pour respecter le thème des pirates, j’ai choisi l’ambiance grand large, tissus bleu des mers du Sud, rouge et noir chers aux pirates, rayures marines, le tout issu de mon stock perso. Côté décor, les incontournables têtes de mort, des petits poissons pour faire joli (mais pas seulement, ils donnent le sens du déplacement sur le plateau de jeu), des vagues et des bulles symbolisées et, bien sûr, des pièces d'or…

    Sacha – Et moi, j’ai repris ces codes pour illustrer mes pochettes.

    Jeu des pirates

     

    Jeu des pirates

     

    Marianne – Pour le parcours, les cases, j’ai assemblé, façon patchwork, des carrés de tissu, « nature » ou imprimé aux pochoirs (têtes de mort, poissons, lettres et chiffres) ou aux tampons du commerce (vagues, bulles, etc.). J’ai appliqué l’ensemble sur un fond rayé, avec un point zigzag de la machine à coudre. La peinture utilisée est l’acrylique, c’est moins cher que la peinture pour tissu, plus facile parce qu’il ne faut rien fixer à chaud et résistant au lavage, même énergique… et puis, j’en avais sous la main.

     

    Jeu des pirates

     Sacha – Les enfants ont choisi des galets en guise de pions , les ont soigneusement nettoyés et peints à l’acrylique, dans les couleurs du jeu évidemment. Je me suis chargée du dé imprimé au pochoir. Pour la petite histoire, les pochoirs des lettres et des chiffres, métalliques, ont appartenu à mon arrière-grand-père que je n’ai pas connu… Ne jamais RIEN jeter…

    Jeu des pirates

    Jeu des pirates

     

    Marianne – Toujours dans « l’esprit pirate », j’ai réalisé une petite bourse en simili cuir, elle contient les pions-galets et le dé. Et enfin, j’ai cousu un petit sac marin assorti à l’ensemble et qui est lui-même un vrai jouet… parce qu’il ne faut jamais perdre de vue l’aspect ludique quand on crée un jeu pédagogique.

     

    Jeu des pirates

     Sacha – Tout ça c’est bien joli mais que je vous parle un peu de mes fiches-questions et de la règle de ce jeu… c’est ça l’important, quand même !

                                              Sacha et Marianne-qui-chipote


    aucun commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique


    votre commentaire